Ouverture du Yaya Halle Secrétan (Paris 19ème)

Vous connaissez tous la yaya grecque, cette grand-mère au sourire chaleureux et à la peau tannée par le soleil méditerranéen. La Grèce, ce pays qui regorge de trésors, une vue aux maisons blanches et coupoles bleues en fond de coucher de soleil qui vous coupe le souffle.

Il fait 2°C à Paris, mais quand je rentre au Yaya, j’y suis. Ça sent le soleil, le romarin, la mer… Je m’attends à voir passer un âne en plein champs d’oliviers en rouvrant les yeux… Bon pour l’âne c’est râpé, mais niveau olivier, Yaya plante le décor. Je retrouve une ambiance authentique, des murs en aquarelle bleus et blancs, des paillottes, le tout surplombé par une verrière qui laisse passer la lumière de la fin de journée. Welcome home, le serveur nous accueille tout smile et nous installe en donnant le ton « ici le concept, c’est de tout mettre au milieu et partager ». Ca tombe plutôt bien, on est entre potes « on valide ».

Yaya, c’est le partage !

J’ai voulu partager avec vous cette expérience intense, visuellement et surtout pour mes petites papilles (j’en ai le ventre qui gargouille en écrivant). Ready ?

Côté plat le chef nous embarque direct dans une revisite du célèbre Spanakopita ce feuilleté épinard/feta typiquement grecque. Fini le feuilleté dégoulinant d’huile, au lieu de ça une salade d’épinard recouverte d’une fine tuile de pâte  filo qu’on vous conseille d’exploser pour le fun, le folklore mais surtout pour y découvrir l’œuf parfait qui s’y cache. Le dégoulinant ne tarde pas à réapparaitre mais je préfère le jaune d’œuf à l’huile. Une salade healthy certes, mais coquinette comme on les aime.

Spanakopita revisité par Juan Arbelaez

Bref du grand Juan Arbelaez (humm…serai-je bien objective ?) oui c’est mon amoureux qui signe la carte de ces lieux ! Décidèmment on ne l’arrête plus.

Le chef colombien adopté par la Grèce, désormais imprégné de sa cuisine, ne s’arrête pas là.                                                       Il nous embarque à coup de poulpe divinement tendre sans perdre de son croustillant dont seul lui a le secret, le tout accompagner d’une purée de topinambours. Excusez moi du terme mais : c’est une TURERIE !

Octopus, le poulpe du Yaya

Pas viandarde pour un sou je me laisse cependant embarquer dans un dernier plat que les potes masculins de ma table ont commandé. L’agneau Kleftiko à partager qui n’attendait que le Yaya Secretan pour devenir célèbre. Le chef vous le dépose personnellement sur la table et vous déroule aussi toute son histoire :

« L’agneau Kleftiko le plat préféré des voleurs de rue de l’époque qui l’emportaient emballé dans leur poche, le tout dans une feuille de papier qui en l’ouvrant en décuplait les saveurs.

Bref de quoi  vous faire saliver et devenir kleptomane d’agneau en cette soirée ou tous les excès sont permis.

Justement en parlant d’excès, est-ce bien raisonnable de vous décrire la sensation unique de ce dessert crumble chocolat huile d’olive fleur de sel…

Humm , c’est bien ce que je me disais, je vais trop loin !

Allez, je vous laisserai vous prendre vous même-cette claque culinaire ! C’est le moment de passer, le Yaya est en soft opening, il vous offre -20% sur la carte du 12 au 17 février (date de l’ouverture officielle). Pour réserver c’est par ici. En tout cas, je recommande chaleureusement ce resto.

Dîner sous l’olivier du Yaya – Halle Sécrétan

1 Comment

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.